28 nuits de sommeil garanties28 nuits de sommeil garanties Frais d’expédition gratuitsFrais d’expédition gratuits ACHETEZ MAINTENANTACHETEZ MAINTENANT

Panier

La stratégie pour éviter d’être en colère – ce n’est pas aussi difficile que vous le pensez !

La colère est une émotion humaine naturelle à laquelle chacun d’entre nous est souvent confronté dans diverses circonstances – des petites situations quotidiennes, comme quand on est dans les embouteillages, à des états profonds, associés aux blessures de l’enfance. La colère oscille généralement entre l’irritation et la rage, mais à certains moments, elle peut prendre des formes qui nuisent à notre santé mentale et physique.

Pour arrêter la colère avant qu’elle ne se transforme en rage destructrice, vous devez comprendre ce qu’est cette émotion et vous demander à quel moment elle vous échappe. Grâce à nos conseils et informations, vous apprendrez à créer votre propre stratégie pour les moments plus difficiles, et vous découvrirez également les mécanismes qui les régissent.

Première étape – mon esprit

La première étape, ou peut-être même la plus importante, consiste à identifier et à nommer les événements, les expériences ou les situations qui déclenchent la colère en vous. Il est préférable pour chacun d’écrire ce qu’est son « étincelle », son « fusible » ou son « interrupteur ».

Il s’agit le plus souvent de situations telles que : le fait d’être coincé dans un embouteillage, d’être en retard à une réunion, d’attendre des personnes qui sont en retard (ou souvent en retard), le désordre à la maison, le déplacement de certains objets (par d’autres personnes), des habitudes de notre partenaire que nous n’arrivons pas à accepter (par exemple, quand il laisse traîner des tasses à différents enroits). Donc, comme vous pouvez le voir, il s’agit d’un mélange de situations que nous pouvons éviter (notre retard) et de situations sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle (les embouteillages, le retard des autres).

Deuxième étape – mon corps

Une fois que vous avez une liste de ce qui se passe dans votre tête, il est temps d’observer comment votre corps se comporte alors. Les signaux corporels sont parmi les « alarmes » les plus claires et – paradoxalement – les plus souvent ignorées que notre corps déclenche lorsqu’il sent qu’il est en danger. Votre corps est un outil très précieux, grâce auquel vous remarquerez très tôt l’approche d’une émotion difficile. Il est extrêmement important de réagir en temps utile et de manière efficace pour résoudre un problème émergent ou croissant.

Les réactions les plus fréquentes du corps sont : une pression dans la poitrine, une sensation de chaleur croissante, la transpiration, des grincements de dents (souvent inconscients), des mains qui se serrent, la contraction des muscles, une accélération du rythme cardiaque, le rongement des ongles ou des cuticules autour de ceux-ci.

Troisième étape – « L’exercice de graduation »

Lorsque vous saurez ce qui provoque le plus souvent en vous de la colère et de la tension, vous commencerez à remarquer de plus en plus efficacement les signes d’avertissement que votre corps vous envoie avant l' »explosion finale ». C’est le moment où vous devez vous arrêter et « regarder de haut » le problème. C’est une bonne idée de pratiquer « l’exercice de graduation », c’est-à-dire de comparer rationnellement (dans la mesure du possible) la force de vos émotions négatives par rapport à la situation et aux effets de la réaction.

Lorsque vous verrez à quel point votre frustration est disproportionnée, vous pourrez plus facilement l’empêcher de s’aggraver. Vous finirez par vous rendre compte que devenir enragé lorsque quelqu’un ne range pas la vaisselle non seulement ne vous aide en rien, mais en plus ne fait qu’exacerber les conséquences négatives. Plus il y a de rationalisation dans ce processus, mieux c’est.

Quatrième étape – une nouvelle dimension de la relaxation

Cela fait longtemps que l’on sait que le repos est la meilleure nourriture pour notre cerveau et une opportunité de régénération. Un esprit détendu devient plus souple et plus créatif, ce qui favorise la recherche de solutions plutôt que la création de problèmes. C’est pourquoi, chaque jour, vous devez vous organiser au moins 30 minutes de détente, du temps juste pour vous. Bien que chacun ait ses propres façons de faire, nous recommandons que ce repos soit le plus efficace possible, vous devez donc éviter : de regarder la télévision, de lire les potins sur internet, de parler au téléphone et de naviguer sur les réseaux sociaux.

Profitez de votre demi-heure pour respirer les yeux fermés sur une musique relaxante, effectuer un rituel de bain avec de l’encens et des bougies, méditer, étirer votre corps ou vous allonger sous une couverture sensorielle. Concentrez toute votre attention sur vous-même, ne vous distrayez pas, évitez d’avoir trop de stimuli, et après seulement deux semaines de séances de relaxation régulières, vous verrez une vraie différence !