28 nuits de sommeil garanties28 nuits de sommeil garanties Frais d’expédition gratuitsFrais d’expédition gratuits ACHETEZ MAINTENANTACHETEZ MAINTENANT

Panier

La patience et la maîtrise de soi chez l’enfant – comment les entraîner ?

Nous-mêmes nous n’aimons pas attendre, mais nous attendons souvent cela de nos enfants. Parfois, la raison est leur sécurité, parfois le savoir-vivre l’exige. Heureusement, il existe des moyens qui permettent à l’enfant d’entraîner sa patience et sa maîtrise de soi sans l’ennuyer. Il s’avère que l’efficacité réside dans la simplicité de l’action !

1. Le temps abstrait

Dans le processus d’apprentissage de l’attente chez un enfant, nous devons nous rendre compte que le temps est pour lui un concept abstrait. Cependant, la zone du cerveau responsable de la pensée abstraite ne se développe pas avant l’âge de 9 ans environ, il lui est donc difficile de comprendre avant cet âge la différence entre 15 et 30 minutes. Étant donné que le défilement du temps n’est perceptible pour les enfants que dans le cadre d’activités normales, il est utile de les aider à communiquer et à apprendre la patience. Comment faire ? Vous pouvez marquer l’heure du jeu, du sommeil et du repos sur votre horloge avec des stylos ou des autocollants. Le jeune enfant comprendra beaucoup mieux que l’heure du déjeuner a lieu lorsque la “petite flèche” arrive sur la couleur verte. Un minuteur peut s’avérer être un gadget sympa – vous verrez que votre enfant sera par exemple plus enclin à se brosser les dents lorsqu’il devra finir avant que le minuteur ne sonne.

2. la méthode pour les lieux publics

Attendre un tram, faire la queue dans un magasin ou une clinique sont des situations dans lesquelles il est difficile pour un enfant d’être patient. Et lorsque les enfants s’ennuient, des idées diverses leur viennent à l’esprit, avec une prévalence pour les idées folles voire un peu dangereuses. Afin d’éviter les situations stressantes, il est utile d’utiliser l’énergie de l’enfant pour une autre activité, de préférence sous forme de jeu. Jouer à chercher, par exemple, 5 voitures rouges, à éviter les lignes sur le trottoir, à ne piétiner que les feuilles rouges ou à compter les personnes qui font la queue à la caisse sont d’excellents moyens de tuer le temps et d’apprendre la maîtrise de soi. Lorsque votre enfant se trouve déjà dans cette forme d’attente, vous pouvez passer à l’étape suivante – les jeux “dans sa tête”. – Vous pouvez ainsi le maîtriser dans les endroits où le silence est requis.

3. la maîtrise de soi et l’autonomie

C’est la combinaison de rêve pour tous les parents. Un enfant qui peut contrôler ses émotions et qui n’a aucun problème à s’occuper – même si cela semble abstrait – c’est possible à réaliser. Peu après avoir appris à attendre patiemment, il vaut la peine de passer à la pratique d’un jeu en autonomie, et aucune file d’attente ne vous fera plus peur. Une telle compétence présente un avantage essentiel : elle peut être utilisée n’importe où et n’importe quand, et tout dépend de l’imagination de l’enfant. Et ses ressources sont presque illimitées ! Alors, au lieu de lui faire visionner un dessin animé sur votre téléphone, proposez-lui de jouer à la chasse au trésor, à des jeux de rôle ou d’imiter des sons et même des objets.

4. La créativité sur les événements

Nous nous rappelons bien quand dans notre enfance, nous attendions notre anniversaire, le grand voyage des vacances ou l’arrivée du Père Noël. Ces événements sont tellement chargés d’émotion que même les enfants les plus patients deviennent nerveux lorsqu’ils commencent à penser aux cadeaux sous le sapin ou aux bougies sur le gâteau. Dans ce cas, nous devons stimuler la joie de l’attente chez les enfants, ce que nous pouvons faire par exemple avec un calendrier créatif (quelque chose comme le calendrier de l’Avent). Des petits sacs avec des activités communes pour chaque jour ou un petit cadeau sucré changeront certainement le souvenir d’une attente “négative” en quelque chose qui sera associé au plaisir et à la joie. Il est également utile d’utiliser un calendrier ordinaire, où l’enfant marquera les jours passés en attendant un événement donné. De cette façon, il apprivoisera plus rapidement le passage du temps et pratiquera inconsciemment le processus de réalisation de l’objectif par étapes.