Les problèmes m’empêchent de dormir !

Chacun d’entre nous vit parfois des moments difficiles dans sa vie, des moments où les problèmes apparaissent sans cesse et parfois même commencent à s’accumuler. La charge élevée de stress et d’adrénaline dans notre corps ne nous aide alors pas à fonctionner normalement et à recharger nos batteries pendant le sommeil, et le cercle vivieux prend forme. Penser aux problèmes nous empêche de dormir, et la fatigue permanente entraîne de nouveaux problèmes – de l’insomnie, des cauchemars, des réveils fréquents, un mauvais sommeil, de l’irritation, de la frustration, des maux d’estomac et des migraines et ce ne sont que quelques unes des conséquences. Comment pouvons-nous résoudre ces problèmes ?

Vous devez savoir que le succès de votre sommeil et son efficacité dépendront principalement des choses que vous ferez avant d’entrer dans la chambre à coucher. C’est pourquoi nous allons vous montrer des astuces simples qui vous permettront de vous nettoyer la tête et de réduire la tension dans votre corps.

Zone fermée

Comme nous l’avons mentionné, votre sommeil se construit avant même que vous vous couchiez, donc tous les processus de « réparation » doivent être effectués au préalable. Le plus important est de changer votre façon de penser votre chambre à coucher – c’est un lieu de repos et de détente non seulement en théorie, mais surtout en pratique ! Changez de perspective et ne laissez pas les mauvaises pensées, les problèmes, les chagrins ou les regrets y pénétrer. Voyez votre chambre comme une « zone fermée », où une fois la porte franchie, vous entrez dans un monde différent et « propre ». Soutenez cette idée avec votre imagination. Imaginez votre chambre à coucher comme une « pièce magique » comme on peut en voir dans un conte de fées ou un film et que vous associerez à quelque chose d’extraordinaire – pensez à son odeur, à sa lumière extraordinaire, ou à une expérience sensorielle unique lorsque vous toucherez son tapis ou son sol. Chaque fois que vous en franchissez le seuil, n’utilisez que votre imagination et ce que vous y créez, en évitant les pensées stressantes. Les mauvaises pensées n’y sont pas permises !

Détente pour les gens occupés

Avant d’aller dans la chambre à coucher, vous devriez faire un exercice de relaxation qui vous aidera à détendre votre corps et à libérer votre esprit des tensions. Nous ne vous encouragerons pas à faire une série de méditations ou de séances de yoga, car nous savons que sous l’effet du stress, vous y penserez avec un certain scepticisme. C’est pourquoi nous vous encourageons à ne faire qu’un seul des exercices ci-dessous avant d’ouvrir la porte de votre chambre, mais vous devez le faire systématiquement pour qu’il ait un sens et apporte de réels bénéfices. Que pouvez-vous faire ?

– Asseyez-vous les jambes croisées et respirez en comptant jusqu’à cent,

– effectuez un massage du visage de 3 minutes avec le bout des doigts,

– Faites une session de 3 minutes de « pensées positives » en vous tenant sur une jambe et en essayant de vous concentrer sur cette seule tâche,

– Essayez de vous asseoir dans un endroit calme et essayez de ne penser à rien pendant une minute (aucune pensée ne peut apparaître dans votre tête).

Si vous êtes vraiment déterminé à obtenir un bon résultat, vous pouvez effectuer ces exercices avec un couverture pondérée thérapeutique (autrement dit sensorielle) et vous en couvrir à chaque exercice. C’est également une bonne idée de l’utiliser à la place d’une couette ordinaire, mais n’oubliez pas que les effets de son utilisation ne se font sentir que de 7 à 14 jours après la première utilisation.

Finalement, ce n’est pas si terrible…

Le stress permanent et les fortes concentrations de cortisol dans l’organisme après un certain temps commencent à « tromper » un peu notre esprit et à déformer l’image de la réalité. Ce stress et ce cortisol responsables de l’attitude « fuyez ou battez-vous », à forte dose cessent de fonctionner correctement et restent en permanence dans l’organisme. Votre corps est toujours en état d’alarme, et dans une telle atmosphère, il est difficile d’entendre des pensées rationnelles. Comment arrêter ce processus ? Tout d’abord, il faut essayer de « s’ancrer » et de réfléchir aux sources de vos problèmes. Il est préférable de noter toutes les choses qui vous dérangent ou vous accablent, et à côté, de noter le processus de résolution en trois étapes minimum. Il est obligatoire de décomposer chaque point en petites étapes ! À côté, notez aussi la date de chaque étape effectuée et, plus tard, celle de l’ensemble de l’exercice. Vous pouvez également noter les plus grandes difficultés de chaque point et les personnes qui peuvent vous aider à les surmonter. Cela vous calmera et vous permettra de voir les problèmes tels qu’ils sont réellement, et en fin de compte, il se peut que… « ce ne soit pas si terrible que ça »…