28 nuits de sommeil garanties28 nuits de sommeil garanties Frais d’expédition gratuitsFrais d’expédition gratuits ACHETEZ MAINTENANTACHETEZ MAINTENANT

Panier

Un cafard ou une dépression ?

„Je pense que j’ai une dépression” – ce sont des mots qui tombent fréquemment pour décrire une baisse temporaire de moral, un manque de motivation ou exprimer sa tristesse. En conséquence, beaucoup d’entre nous utilisent le terme „dépression” de façon non conforme à sa définition et souvent sans avoir conscience ce qu’elle est, comment elle se manifeste et à quelles difficultés doivent faire les malades. Comment différencier un simple cafard avec une vraie dépression ? Où est la différence entre une baisse l’humeur, et la maladie ?

Notre propre imagination

Chacun d’entre nous possède sa propre définition de la définition de la dépression et de son déroulement, même quand aucun de nos proches ou de nos amis n’en est tombé malade. Nous nous basons souvent sur des films ou des livres la représentant de manière populaire, et nous commençons à l’associer à des comportements caractéristiques. Nous avons pu observer et analyser le comportement des héros de Dnia Świra, Przerwanej lekcji muzyki, Sali Samobójców ou encore Amercian Beauty. Tout comme les acteurs peuvent jouer dans différents films, la dépression peut revêtir différents visages – parfois même complètement différents. Elle peut entraîner des sentiments d’indifférence, une impuissance totale ou de dépendance complète. Elle draine toutes les forces vitales, enchainant le patient à son lit pendant de longues semaines, ou même pendant des mois. Elle peut aussi se manifester de façon complètement différente – une suractivité, une grande irritabilité ou de l’agression. Il faut bien comprendre que la dépression est avant tout une compréhension complètement différente de notre environnement réel, ainsi que du monde. Les malades ont néanmoins tous une chose en commun : ils perdent leur intérêt vis-à-vis de la routine et ont plus ou moins de problèmes à gérer leurs obligations courantes. La dépression prive des capacités à éprouver du plaisir, entrainant un sentiment d’aliénation et de non contrôle de sa propre vie, construisant en même temps une barrière avec les autres personnes. Quoi que le malade essaye de changer, le mur ne fait que s’agrandir et se renforcer.

La dépression c’est aussi :

  • „une tristesse pathologique” souvent inexplicable pour les personnes saines, incompatible avec le comportement du malade ;
  • LUn manque d’énergie et une lenteur psychomotrice (manque de motivation, de volonté, des pensées et des actions ralenties) ;
  • Une incapacité à se réjouir, à ressentir du bonheur (anhédonie) ;
  • Des pensées dépressives – sensation de culpabilité, d’infériorité, de culpabilité, des pensées suicidaires ;
  • Un sentiment d’anxiété permanent (face à la mort, à la maladie, à la perte de quelque chose), souvent liée à l’hypocondrie ;
  • Des problèmes de sommeil – insomnie ou hypersomnie, sensation de ne pas avoir bien dormi, manque de forces.

Une qualité complètement différente

La dépression change. Elle créé de nouveaux schémas. A cause d’elle, les petits échecs, qui n’auraient aucun effet sur nous sans la maladie, peuvent entraîner des vagues de pensées négatives et d’émotions difficiles à gérer. Quand nous parlons de baisse de moral ou de cafard, en faisant référence à une dépression, il est important d’avoir conscience des différences qui existent entre les sentiments qu’ils entraînent. Avant toute chose, il convient d’attirer l’attention sur la durée de ces manifestations – en cas de dépression nous parlons de longs mois, ou même d’années, alors qu’un cafard dure une journée, au maximum une semaine. A part cela, en cas de dépression, l’humeur est rabaissée de manière permanente et a „une qualité différente”, qui est difficile de comparer avec quoi que ce soit d’autre, que nous aurions déjà connu. Les personnes qui luttent contre un sentiment de tristesse temporaire ou un manque de motivation sont faciles à faire sourire, réjouir, mais également à faire changer d’idées. En cas de cafard, l’humeur est changeante, diminuée, bien que de manière réduite, réagissant aux impulsion extérieures, et la disparition de la situation qui a entraîné cette réaction entraîne rapidement un retour de l’humeur à la normale. Dans le cas de la dépression, même en l’absence d’évènements négatifs, la réaction est disproportionnée face à l’échelle des évènements possibles. En cas de cafard il est facile de décrire ce qui a entraîné une cascade de sensations négatives, quelle situation ou discussion a entraîné nos émotions négatives. Dans le cas de la dépression il n’y a pas de „responsable” direct, et le malade perd rapidement son regard critique sur ses propres idées et expériences. Ces personnes croient à leur tristesse, à un monde dépressif par lequel ils sont complètement absorbés. Un cafard laisse une distance et un sentiment inconscient leur disant que l’état dans lequel ils se trouvent, est temporaire.

Un cafard c’est également :

  • Une baisse de l’humeur qui dure peu de temps, la plupart du temps quelques jours, rarement quelques semaines ;
  • Une absence totale, ou presque, de pensées suicidaires – „pas sérieusement” ;
  • Une situation clairement identifiée ou en première place lors de nos pensées négatives ;
  • Une autocritique de nos pensées et de notre état – inconsciemment, nous savons que rien de grave ne nous menace, et le sentiment de malaise disparaîtra.

Toutes les tristesses ne veulent pas dire dépression, mais si votre état dépressif dure plus d’une semaine alors vous devriez rencontrer un spécialiste et tout simplement discuter. Rappelez-vous que chercher de l’aide est une preuve de maturité, et non de faiblesse !